Le Festival du Roi Lion et de la Jungle - Coulisses !

 

Making-of, coulisses et interview, tout savoir sur le Festival du Roi Lion et de la Jungle, la nouvelle saison haute en couleur à Disneyland Paris du 30 juin au 22 septembre 2019 !

Making-of exclusif dans les coulisses du Festival du Roi Lion et de la Jungle

Pour fêter cet événement, Disneyland Paris a préparé un documentaire exclusif suivant la création de ses spectacles, de l’enregistrement de la musique jusqu’à l’ouverture de la saison, en passant par les répétitions des artistes, la création de décors, des costumes, du merchandising, de la restauration et bien plus encore...

making-of festival du Roi Lion et de la Junglemaking-of festival du Roi Lion et de la Junglemaking-of festival du Roi Lion et de la Junglemaking-of festival du Roi Lion et de la Jungle

making-of festival du Roi Lion et de la Junglemaking-of festival du Roi Lion et de la Junglemaking-of festival du Roi Lion et de la Junglemaking-of festival du Roi Lion et de la Jungle

En coulisse : Le Roi Lion et les Rythme de la Terre

Chanteurs, danseurs, acrobates et percussionnistes vont donner une nouvelle vie à la « Terre des lions » avec des chorégraphies et des costumes originaux. Le spectacle sera également « chansigné » en langue des signes françaises tous les week-ends.

 

Interview de Steve Sidwel - Arrangeur et chef d’orchestre

• Comment avez-vous abordé Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre ?

Pour ce spectacle, nous avons essayé de développer de nouvelles idées, ce qui est toujours difficile quand vous travaillez sur une histoire aussi célèbre. Elle a été traitée avec succès sous des formes très variées, ce qui rend les choses plus compliquées. Mais Disney sait très bien faire collaborer des créatifs pour donner un nouveau souffle à ses histoires. Et, de fait, les concepts et les maquettes de ce spectacle ont énormément inspiré la musique.

 

• Avec une bande originale aussi célèbre, comment avez-vous trouvé l’équilibre entre le respect de cet héritage musical et le fait d’apporter un regard neuf ?

Ce fut un véritable défi. Il est toujours très délicat de changer quelque chose sur une œuvre aussi emblématique. L’équilibre est difficile à trouver. Cela fait 25 ans maintenant que Le Roi Lion est sorti sur les écrans. C’est devenu un classique intemporel, mais en même temps, nous avions envie de l’envisager avec un regard nouveau. Le décor de notre spectacle étant basé sur des instruments de musique, ce fut un élément-clef de notre approche. Nous avons pris quelques risques, mais toujours avec un immense respect de l’œuvre originale. De plus, notre spectacle ne dure qu’une demi-heure et se joue dans un contexte très particulier : nos spectateurs sont en même temps les visiteurs d’un parc à thème avec ses multiples attractions, et ils essaient de faire un maximum de choses durant leur journée dans le Parc. Il fallait donc leur proposer une expérience particulièrement enthousiasmante. Pour ce faire, j’ai fait en sorte de conserver une grande énergie tout le long du spectacle, tout en ménageant des moments plus calmes avec les balades, de sorte qu’enfants et adultes puissent chacun y prendre plaisir.

 

• Comment la musique s’intègre-t-elle dans ce spectacle ? 

D’un point de vue général, la musique est un art basé sur la collaboration. Dans une production live, il y a toujours l’aspect visuel, et en plus de la technologie, il y a la danse, la mise en scène, le chant et les costumes, qui créent tous ensemble une atmosphère. Je m’inspire beaucoup de tous ces éléments. Dans Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre, la musique joue un rôle essentiel. Quand vous écrivez pour un spectacle comme celui-ci, vous devez avoir conscience que la musique accompagne une performance : les chanteurs, les acrobates et les danseurs, avec cette chorégraphie aérienne superbe. Tout a permis de créer une musique vraiment unique, dont l’originalité a été saluée par les équipes de Disneyland Paris. C’est le plus beau compliment qu’on pouvait me faire.

 

• A partir de quel matériel avez-vous travaillé ? 

Nous avons utilisé des éléments du classique de l’animation ainsi que de la comédie musicale, que ce soit l’éblouissante partition instrumentale de Hans Zimmer, notamment pour la scène du combat final, ou les chansons d’Elton John et de Lebo M. Pour l’attaque des gnous et le combat final, j’ai eu accès aux partitions d’orchestre du film. Cela m’a permis d’étudier très précisément ce qui avait été fait pour le film, et j’ai essayé de recréer la même atmosphère, tout en ajoutant quelques nouveautés. Et pour les chansons, dans la mesure où elles ont dû être coupées afin de rentrer dans notre format, je suis plutôt parti de zéro. Cela m’a permis de développer un concept différent, unique. J’ai essayé de les rendre exaltantes, modernes et originales, tout en préservant leurs influences africaines.

 

• A quel type d’orchestre avez-vous fait appel ? 

A un orchestre traditionnel, sauf pour ce qui est des percussions. J’ai eu la chance d’avoir à ma disposition un grand orchestre symphonique, un big band et une énorme section rythmique. Nous avions des djembés, des tamas ou « tambours parlants » originaires d’Afrique de l’Ouest, des kalimbas ou « pianos à pouces » originaires de l’Afrique subsaharienne, une kora, un instrument du Mali, des congas et des bongos. Nous avons utilisé autant d’instruments africains que possible. C’était impressionnant de voir tous ces instruments réunis lors de l’enregistrement aux fameux Angel Recording Studios de Londres. Extraordinaire ! J’ai beaucoup appris à cette occasion. Travaillant entre Paris et Londres, j’ai eu l’occasion de rencontrer bon nombre d’experts car les percussions africaines sont vraiment une affaire de spécialiste. Pour les scènes de combat et des gnous, nous avions aussi un grand chœur typique de Hollywood qui chantait en latin, et un chœur Gospel qui chantait en Swahili. Nous avions même un spécialiste de cette langue avec nous pour nous assurer de la prononciation. Les meilleures conditions étaient réunies.

 

• Comment avez-vous pris en compte la dimension “live” du spectacle? 

C’est quelque chose que j’ai fait à de nombreuses reprises. Bien sûr, le spectacle dispose d’une bande-son, mais je ne voulais pas que les spectateurs en aient conscience. Je voulais que tous les éléments musicaux se fondent les uns dans les autres. La musique enregistrée a été conçue de telle sorte qu’elle laisse un espace aux chanteurs live. Nous avons également pris en compte le système audio unique de notre théâtre, qui a grandement influencé la manière dont nous avons enregistré et mixé la musique. De fait, chaque personne du public pourra profiter d’une stéréo parfaite. Où que vous soyez assis, vous serez entouré de toutes parts par la musique.

Dans ce spectacle, ce sont les chansons qui racontent l’histoire, et non pas les dialogues. Beaucoup de choses ont dû être retravaillées pour s’adapter au format du spectacle. C’est une des raisons pour lesquelles il n’y a pas de dialogues. C’est à la musique de remplir ce rôle. C’est une façon de faire que je connais bien. D’autant plus agréable que le scénario est écrit avec talent et précision.

 

• A vous entendre, Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre fut une expérience aussi artistique qu’émotionnelle.

C’est ma raison d’être : faire de la musique pour partager des émotions. Et sur Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre, ce ne fut pas difficile car c’est un spectacle tellement magnifique, tant du point de vue de l’écriture que de la mise en scène. Les émotions sont venues naturellement. J’ai juste eu à gérer les tensions et les détentes. Les équipes de Disneyland Paris sont tellement talentueuses ; c’est une joie de travailler avec elles. Elles m’ont guidé très facilement dans la bonne direction. Je n’en suis que plus impatient de découvrir les réactions du public !

Interview de Christophe Leclercq - Metteur en Scène du spectacle

• A quand remontent les origines du projet ?

La décision de lancer la production d’un tout nouveau spectacle autour du Roi Lion remonte à novembre 2016. A partir de là, tout s’est mis en place très rapidement et j’ai été désigné pour mettre en scène cette nouvelle production. 

 

• Comment avez-vous élaboré le concept du spectacle ?

Les premières consignes qui m’ont été données étaient de faire quelque chose de complètement différent de La Légende du Roi Lion qui fut représenté à Videopolis entre 2004 et 2009, ainsi que de Festival of the Lion King, le spectacle de Disney’s Animal Kingdom et Hong Kong Disneyland.  A partir de là, je me suis posé beaucoup de questions. Cette histoire mythique va bien au-delà d’un récit animalier dans la savane africaine. Tout le monde peut s’y retrouver car c’est avant tout l’histoire d’une famille et le parcours initiatique d’un adolescent vers l’âge adulte. Partant de là, je me suis dit qu’il était possible de transposer cette aventure animale dans le monde des humains. Je me suis alors mis à faire des recherches dans ce sens sur le net, et j’ai trouvé des « fan-arts » qui imaginaient justement les personnages du Roi Lion sous forme humaine. Cela nous a beaucoup inspiré. Au final, Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre est un spectacle inédit basé sur l’histoire du Roi Lion, comme si une tribu avait décidé de mettre cette légende en scène et en musique.

 

• Et cette histoire se raconte en chansons.

Tout à fait. En raison du caractère multiculturel de notre public, nous avons préféré ne pas utiliser de dialogues. Ce sont les chansons qui racontent l’histoire. Pour des raisons de durée, elles sont plus courtes que dans le film, mais nous avons respecté scrupuleusement l’ordre du dessin-animé. Nous avons également eu la chance de pouvoir ajouter plusieurs titres emblématiques de la comédie musicale : d’une part « Shadowland », la chanson de Nala, et d’autre part « Endless Night » et « He Lives In You », que nous avons décidé de fondre en un seul titre, comme un « mash-up ». Il nous a semblé naturel de les rapprocher dans la mesure où la chanson de Rafiki répond directement au questionnement de Simba sur son père. 

 

• Ce spectacle s’intitule Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre. Comment avez-vous traité cette dimension rythmique ?

Notre spectacle est vraiment basé sur l’aspect rythmique. Avec notre arrangeur Steve Sidwell, nous avons souhaité mettre les traditions africaines à l’honneur, tout en leur apportant une touche de modernité à travers de nouveaux rythmes et de nouveaux tempos, mais toujours dans le plus grand respect. Nous avons aussi quatre percussionnistes live sur scène, qui apportent vraiment une dimension supplémentaire à la musique. La partition écrite pour eux est particulièrement précise et élaborée au niveau rythmique. Leurs instruments ont été adaptés spécialement pour s’intégrer dans notre décor et par moments, les musiciens pourront quitter leur piédestal pour rejoindre chanteurs et danseurs. Ils s’intègrent totalement dans le spectacle. 

Cette dimension a non seulement inspiré la musique du spectacle, mais également notre décor, qui se compose de djembés sur lesquels les personnages vont évoluer. Tout est dans la démesure : imaginez que les tambours les plus grands font 2,50 mètres de haut sur 8 mètres de circonférence ! Tous ces instruments de percussions imbriqués les uns dans les autres créent un espace scénique incroyable sur plusieurs niveaux, ce qui offre beaucoup de possibilités sur le plan de la mise en scène.

 

• Comment avez-vous exploité ces différentes zones en fonction de chaque chanson ?

Avec Frontierland Theater, nous avons la chance d’avoir un vrai théâtre, avec une vraie boîte noire, c’est-à-dire un espace de représentation fermé, avec tout ce que cela permet en termes d’immersion et de traitement de la lumière. Grâce à nos nouveaux équipements, je peux concentrer la lumière sur différentes zones de la scène et faire de chaque numéro une sorte de vignette, comme dans un storyboard, que je répartis à travers tout l’espace, côté cour, côté jardin, fond de scène... On allume une plateforme et on en éteint une autre pour lancer un nouveau numéro. Rien à voir avec ce qu’il était possible de faire à Chaparral Theater, où la scène n’était qu’à demi couverte. Cela permet de ménager bon nombre de surprises.  Un tel dispositif demande beaucoup d’organisation, mais avec la grandeur du décor et la largeur de la scène, j’ai pu vraiment me faire plaisir !

 

• Vous exploitez vraiment tout l’espace !

En effet. Il y a certes des artistes sur scène à des hauteurs différentes, mais le décor évolue également au cours du spectacle : il tourne, il bascule et vous réserve quelques surprises !

Et puis, il y a toute la dimension aérienne. Beaucoup de choses se passent en l’air. Il faut dire que nous avons installé dans les cintres pas moins de 7 machines de vol pour les acrobates, ce qui veut dire que durant les 30 minutes que dure le spectacle, ils touchent très peu le sol !

 

• Pouvez-vous nous présenter votre équipe créative ?

J’avais déjà travaillé avec Bradley Kaye, Principal Art Director pour Walt Disney Parks and Resorts, sur la Jedi Training Academy, et nous nous sommes dits que ce serait la bonne personne pour créer le décor notre nouveau spectacle. Pour les costumes, nous nous sommes tournés vers Mirena Rada, une designer bien connue dans le milieu des comédies musicales et des Parcs Disney, notamment Tokyo Disneyland, et qui a déjà collaboré avec nous sur l’événement FanDaze. Pour les arrangements musicaux, nous avons fait appel à Steve Sidwell, qui avait déjà signé ceux de La Parade des Rêves Disney, et pour les chorégraphies, Cathy Ematchoua nous a apporté son style inimitable. Pour les lumières, nous avons sollicité Pierre Leprou pour apporter un regard neuf. Quant au son, on le doit à John Moine de Russi, dit « Papa John ». Il a proposé un tout nouveau système de diffusion audio pour le Frontierland Theater offrant une expérience totalement immersive. Il n’existe que trois autres salles dans le monde qui en bénéficient, une à New York, une à Singapour et une à Sydney. C’est un système très imposant, qui correspond à 3 fois celui d’un IMAX. Nous avons également des trackers pour les chanteurs, ce qui veut dire que le son de leur voix va se déplacer sur scène en fonction de leurs placements. Et tout cela peut fonctionner de pair avec la lumière, ce qui veut dire que si un chanteur se déplace de cour à jardin, le son et la lumière vont le suivre en temps réel. Avec tout cela, le public ne va faire plus qu’un avec la musique et se sentir totalement imprégné par les rythmes de la terre.

 

• Comment avez-vous constitué votre « tribu », le cast du spectacle ?

En ce qui concerne les chanteurs, les castings ont commencé il y a plus d’un an. Nous avons auditionné à Londres et à Paris, comme nous le faisons souvent. Un peu plus de 230 chanteurs ont postulé pour ce spectacle, car Le Roi Lion est un thème qui plaît beaucoup, et nous en avons gardés 22. Nous avons reçu des gens qui ont travaillé sur The Lion King dans le West End, d’autres sur la version de Mogador ou encore sur d’autres comédies musicales comme Motown. Nous avons donc un panel d’artistes éblouissants et expérimentés, des gens avec du métier et beaucoup de talent. Pour les acrobates, nous avons auditionné dans un gymnase tout près de Disneyland Paris en nous focalisant sur des profils issus du monde de la gymnastique. Une centaine de gymnastes se sont présentés et nous en avons gardé 18. Parmi eux certains viennent de grandes maisons comme Cirque du Soleil, du spectacle The House of Dancing Water à Macao ou encore de spectacles aériens sur Paris. Les danseurs ont été les derniers à être auditionnés. C’était en novembre dernier, et là, nous sommes restés bouche bée : 530 danseurs se sont présentés ! Et là aussi pour 18 places. Certains d’entre eux avaient également fait Mogador et se retrouvent aujourd’hui avec d’autres artistes qu’ils ont connus il y a des années sur d’autres productions liées au Roi Lion. Ce sont de belles retrouvailles autour de cette histoire, et toutes ces auditions se sont passées dans une ambiance magnifique. En tout, notre Cast regroupe pas moins de 9 nationalités !

 

• Pouvez-vous nous parler de la conception des costumes ?

Les costumes sont très importants dans notre spectacle. Ils sont là pour évoquer les personnages du film à travers toutes sortes de références, notamment au niveau des codes couleurs des animaux.  Prenez Rafiki. C’est un mandrill, reconnaissable à son museau très coloré, bleu, rouge, blanc, et l’on retrouve les mêmes couleurs dans son costume. Pour la crinière de Simba, nous avons utilisé une « gabrielle ». C’est un élément de costume que l’on place sur les épaules, avec un arceau sur lequel on a accroché des poils colorés dans la teinte d’une crinière de lion. Et pour ce faire, nous avons opté pour des matières nobles : cuir, alcantara, etc. 

Leur conception a commencé il y a maintenant deux ans et la première proposition a été la bonne. Rien n’a changé pratiquement depuis. J’ai beaucoup discuté avec Mirena de ce que je voulais et elle a immédiatement compris mes attentes. Au final, ce sont 400 costumes qui ont été fabriqués pour un cast de 70 personnes. 

 

• Suivant les différentes mises en scène du Roi Lion à travers le monde, le personnage qui change le plus est sans doute Rafiki. Comment l’avez-vous abordé ?

Dans le dessin-animé, c’est un singe mâle, ce qui fait que la personne qui chante « Circle of Life » est une sorte de voix off indépendante. Pour la comédie musicale, ils se sont basés sur la voix de cette chanson pour faire de Rafiki un personnage féminin. Quitte à faire quelque chose de différent, je me suis dit que notre Rafiki pourrait être un chanteur. Au final, cela donne une autre dimension au personnage. Il devient une sorte de chamane, qui conduit le spectacle et assure les transitions entre les numéros.  

 

• Timon et Pumbaa sont aussi difficiles à représenter sur le plan scénique. Comment les avez-vous envisagés ?

Pour rentrer dans le concept du spectacle, il fallait également les humaniser. Je me suis donc replongé dans le dessin-animé et en voyant ce freluquet de suricate et ce phacochère bedonnant, j’ai tout de suite pensé à Laurel et Hardy. C’est ainsi que le costume du personnage qui joue Timon est une sorte de queue de pie mais qui se termine en forme de queue de suricate. Il a également de grandes chaussures de clown qui rappellent les pattes des suricates. Et pour ce qui est du casting, nous nous sommes tournés vers des comédiens aux allures totalement opposées. Je pense que cela va en surprendre plus d’un !

 

• C’est aussi cette originalité qui fait la richesse des spectacles de Disneyland Paris. On se souvient encore de La Forêt de l’Enchantement : Une aventure musicale Disney, que vous avez aussi mis en scène, avec son concept totalement inédit. 

C’est à chaque fois un véritable défi ! Mais je crois que c’est aussi notre rôle de proposer au public des concepts originaux et de l’ouvrir à d’autres formes de spectacle. En se basant toujours sur des histoires Disney. 

 

• Au final, l’émotion est toujours là et bien là !

La musique est primordiale dans ce spectacle. Quand j’ai entendu pour la première fois cette version de « Circle of Life », j’ai fondu en larmes. Il y a bien sûr la richesse du matériel original, mais également la force de cette nouvelle version. Il y a aussi ce décor saisissant. Quand on le découvre, on se dit simplement « Wow ! ». Et puis, tout le côté « live » du spectacle : les chants, les chorégraphies, les acrobaties aériennes. Tout ce côté humain qui touche en plein cœur. C’est mon rôle de mettre tous ces artistes en harmonie pour créer des émotions. D’autant plus que nous inaugurons un nouveau théâtre, et pour le faire, je ne pouvais rêver de meilleure histoire que Le Roi Lion, avec sa puissance et sa spiritualité. Nous sommes les premiers à habiter ce lieu. C’est à nous de le faire résonner de nos voix et de lui donner son âme !

 

Christophe Leclercq

Documentaire Le Festival du Roi Lion & de la Jungle

Rencontre avec Santosh - joueur de dhôl dans Le Rythme de la Jungle.

Pour renforcer le sentiment d’immersion et d’authenticité, les équipes Spectacles ont recruté en Inde des joueurs de dhôl, tambour traditionnel composé de deux peaux différentes, aux sonorités graves ou aiguës. Santosh est l’un d’entre eux.

À 20 ans, c’est la première fois que Santosh quitte l’Inde. Originaire du Rajasthan, il a appris à jouer du dhôl dès l’âge de six ans grâce à son père, lui-même joueur de dhôl : 

« Les metteurs en scène du Rythme de la Jungle souhaitaient intégrer cet instrument au spectacle. Les musiciens avec qui j’avais l’habitude de jouer et moi-même avons montré notre savoir-faire aux équipes de Disneyland Paris lors de leur visite au Rajasthan. », raconte Santosh. Depuis, la troupe se produit chaque jour sur Central Plaza : « Je suis fier de jouer devant autant de monde, c’est une première pour moi. Les visiteurs chantent et dansent : quelle atmosphère incroyable ! »

 

Santosh ne parle pas français, ce qui ne constitue pas un frein à Disneyland Paris : « Les Cast Members sont particulièrement bienveillants avec nous, et nous trouvons d’autres moyens pour communiquer. Les équipes Production ont par exemple fait appel à Navjot, travaillant au Disney’s Sequoia Lodge et originaire de la région du Pendjab, pour nous aider dans nos interactions. Il nous accompagne jusqu’à la fin de la période d’exploitation du spectacle, le 22 septembre. »

« J’avais déjà vu Mickey, Minnie et les autres Personnages Disney quand j’étais petit à la télévision, mais les voir en vrai, et surtout travailler avec eux, c’est pénétrer dans un autre univers » confie Santosh.

Santosh - Festival du Roi Lion et de la Jungle

 

Le Roi Lion Saisons Disneyland Paris

Bienvenue sur DlpNext.

Pour vivre la magie Disney au quotidien, et interagir avec nous sur les différents réseaux sociaux suivez nous sur nos pages:

Instagram

Twitter

Facebook